Les conseils des autres

** Les conseils des autres**

Vous avez tous un ou deux ou plus d’ami(e)s, de voisin(e)s, de proche(s), de connaissances qui sont toujours prêts ; autrement dit au taquet ; pour vous sortir leur éventail de conseils.

Alors il y a des jours où tu te sens prêt(e) à écouter et entendre toutes ces clefs, ces idées. Tu es réceptif. Puis il y a d’autres jours où tu n’es pas d’humeur, trop sensible et là il suffit qu’une seule personne se laisse aller à te dicter ses conseils et ses propres expériences pour que tu pètes un câble à ta manière :

  • Tu te mets à pleurer
  • Tu culpabilises et penses être un mauvais père ou une mauvaise mère
  • Tu pètes totalement un plomb et soit tu insultes la personne en face de toi qui se permet de te donner des conseils ou soit tu perds vraiment ton self-control et tu lui envois le pain au chocolat (goûter de 16h de ton enfant) à la figure.

Et toi tu réagirais comment ?

L’être humain est comme ça ! Au lieu d’être simplement présent, à l’écoute de l’autre personne qui parle ; il s’identifie immédiatement et systématiquement. Et pourtant quand une amie se confie à une autre amie-maman, elle n’attend pas forcément une idée ou un conseil mais parfois juste une écoute attentive et affective. Bien sûr qu’il y a des moments où on attend des conseils mais en général dans ce cas notre récit se termine par :

  • Alors qu’est ce que tu en penses ?
  • Tu crois que je devrais faire autrement ?
  • Tu ferais quoi ? tu réagirais comment ?
  • Et toi ?

Attention, je ne montre personne du doigt, car je suis la 1ère à le faire 🙂

Alors de mon côté, je vais essayer de discerner le moment d’écoute à celui de guide.

Un exemple vécu : quand tu es enceinte, tout le monde se permet de dire ou prédire les choses pour toi comme le sexe, le prénom, le terme, … Il y en a même qui se permette, et des inconnus, de te toucher le ventre. Dans ce moment-là, garder son self-control et ne pas crier :

« Eh , vous êtes qui pour oser me toucher ? Est-ce que je vous touche le ventre moi ? »

Zen, on respire et on fait comprendre notre malaise gentiment 🙂

Une petite phrase que je me répète dans la tête quand toutes ces personnes s’auto-déclarent guides ou conseillers de ma propre vie : « Laisses-les parler, leur sourire mais fermer mes oreilles ; mon bonheur cest moi qui le construit. Jécouterai auprès des bonnes personnes quand jen ressentirai le besoin. »

<écrit le 4 avril 2016>

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s