L’éducation, les doutes et la culpabilité

** L’éducation et la culpabilité des parents **

Avant de devenir « Parent », nous nous imaginons avec nos principes, sûres de nous, sans aucune question, avec un chemin tout tracé ou prédéfini pour notre future famille. Sauf que (oui, oui) comme vous le savez ou vous l’avez peut-être déjà vécu, il y a toujours (ou très souvent) des imprévus qui bousculent vos idées, vos projets.

Revenons au sujet principal : C’est quoi être Parent ? Passer du couple au statut de Parent ? Et pourquoi la culpabilité ? En effet, j’aborde un sujet plutôt sérieux et interminable. Alors je vais essayer de le tourner au second degré et le résumé (certainement en fonction de ma jeune expérience).

Tout d’abord, parlons un peu de moi. Bah oui, je peux tout de même puisque je suis la plume de ce carnet 😉 . J’ai 30 ans, je suis mariée, mère de 2 enfants : une princesse de 4 ans ½ et un aventurier de 2 ans ½ et aussi belle-mère d’un ado de 13 ans. (oui je me répète:)). J’ai été éduquée dans une famille de 3 enfants, catholique-pratiquante, plutôt stricte selon moi mais sans aucunes critiques à apporter. Alors je m’étais dit que lorsque je deviendrai Mère, je transmettrai la même éducation « catho-stricte » au sein de ma famille bien épanouie. La vie en a décidé autrement :). « Sauf que » l’amour de ma vie n’est pas catholique mais musulman (non pratiquant et ça a son importance pour la suite) par conséquent nous sommes un couple mixte et ma pratique religieuse avait été ébranlée pendant mon devenir-adulte. Mutuellement, nous avons choisi de parler à nos enfants des différentes religions. Donc le 1er imprévu dans mes plans : la religion 🙂. Ensuite je suis devenue Belle-Mère avant d’être Mère. Et là, tu n’es pas préparé ! De mon côté, jusqu’à maintenant tout se passe bien. Donc 2ème imprévu : mon mari est divorcé et déjà Papa 🙂

Petite parenthèse : Je vous laisse imaginer le moment des présentations de mon futur mari à mes parents « je vous présente mon futur mari (ah oui on avait décidé de se marier au bout de 2 mois  :)). Je pense que vous seriez mieux assis, s’il vous plaît, il est musulman, divorcé, déjà Papa et de 9 ans mon aîné 🙂 🙂 🙂 » Heureusement que mes parents sont ouverts et que de nos jours la mixité n’est pus tabou.

Enfin, bref, revenons à nos moutons. Tout ça pour dire que la vie nous réserve de drôles de surprises qui pimentent notre quotidien. En parlant de piquant, quand j’ai annoncé ma première grossesse au bout de nos 6 mois de couple à notre entourage, ça piquait et heureusement ça pleurait (de joie) aussi ! Et voilà, je rentre enfin dans le vive du sujet : 25 ans ½ et enceinte de mon 1er enfant, en devenir « Maman ». J’ai la chance d’avoir un chéri déjà Papa qui a su m’épauler et s’investir dans cette première grossesse.

Alors oui, enceinte tu t’imagines plein de choses (le corps de ton petit être, sa voix, l’éducation). Pouah, ce petit-être n’est même pas encore né(e) que déjà tu mets la pression sur cet avenir proche. Et voilà, tu passes du statut de Femme-Maman à Mère. Et ça marche aussi du côté masculin! Tranquillement, tu prépares la chambre du futur occupant. Et déjà, tu te dis :

  • Est-ce-qu’il/elle va aimer sa décoration ?
  • Est-ce-que j’ai mis le lit au bon endroit ?
  • Est-ce-que… ?

Puis le grand jour, tant attendu, arrive, ENFIN !!! 🙂 Petit-être est dans tes bras. Et le manège des questions et de la culpabilité commence. Il y a des mères qui allaitent et d’autres pas. Certaines n’allaitent pas par choix donc pas de culpabilité (enfin, je pense) et d’autres malheureusement parce qu’elles n’y arrivent pas ou parce qu’elles ne peuvent pas  pour des raisons de santé ou autres. Les questions fusent :

  • Pourquoi ça ne fonctionne pas ?
  • Mon petit-être va-t-il souffrir de ne pas être allaité ?
  • Suis-je une bonne mère ?

Pour celles qui allaitent et qui doivent malheureusement arrêter car elles reprennent leur activité professionnelle (c’était mon cas) et qu’il n’y a pas de possibilité de s’éclipser pour l’heure de la tétée ou de s’isoler pour tirer son lait. Eh paff « Miss Culpabilité » réapparaît :

  • Je pense qu’à moi en retournant au travail
  • J’abandonne mon enfant…

Oupps, il y a un autre moment aussi pendant lequel la culpabilité fait son apparition : l’accouchement ! Si pour une raison, le médecin décide que ce ne sera pas par voie basse mais par une césarienne ; vroum c’est tout un troupeau de « Miss Culpabilité » qui arrive au galop :

  • Qu’est-ce-que j’ai mal fait ?
  • Je ne suis même pas capable de pousser …

Les étapes : accouchement, allaitement, retour à l’activité professionnelle sont passées mais elles n’étaient qu’un avant-goût. Non, non ne fuyez pas. Ce n’est pas que de la culpabilité être Parent et puis c’est grâce à cela que nous nous remontons en question pour nous améliorer.

L’un des autres moments de culpabilité qui ne sont pas évidentes à affronter est le passage à la nounou ou à la crèche :

  • Est-ce-que ça se passe bien ?
  • Mon petitou voit plus sa nounou que moi
  • Pourquoi mon petitou pleure ? ou me fait la tête quand je viens le chercher ?
  • Dois-je continuer à travailler ?

Puis la vie de famille s’installe peu à peu. On se rend compte que ce n’est pas comme on avait pu l’imaginer. On ne veut plus donner l’éducation prévue mais la bousculer, l’adapter et se l’approprier. Ce qu’il faut savoir c’est que ce petit-être va bousculer tous vos idéaux tout au long de sa vie et de la vôtre. C’est un être en devenir adulte. Il/Elle n’a pas votre expérience de vie. Ce petit-être s’appuie sur votre vécu, vos réactions corporelles et verbales. Il/Elle vous fera remettre en question perpétuellement et pour lui/elle vous accomplirez beaucoup de choses. Vous adapterez votre éducation (ou pas) en fonction de l’époque, du tempérament de cet être « tant attendu » (n’oubliez pas :)), du ressentit et  de la situation.

De mon côté, je me remets quotidiennement en question sur l’éducation. Toute cette remise en question s’accompagne de moments heureux également et HEUREUSEMENT ! ET puis, il y a les blogs de maman ou de papa qui ont la côte et qui permettent de se rassurer (ou pas :)).

Vivez votre rôle de parent à 200%, se poser des questions c’est très bien. Aimez et chérissez vos petitous. N’oubliez pas vous les attendiez tellement !

Et surtout vous êtes tels que vous êtes ! Vos petitous vous aiment très fort depuis leur conception, leur amour pour vous est inconditionnel !!!

<écrit le 8 avril 2016>

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s