Quand arrive les vendredis, départ des enfants

** Vendredi, tour du papa, départ des enfants, mélange des émotions **

Le sujet dont beaucoup de mamans séparées ont besoin de parler, le départ des enfants chez leur papa (même les papas peuvent avoir besoin d’en parler 😉 ) un vendredi sur deux.

Souvent quand vous discutez autour de vous de la garde alternée, la plupart des personnes vous diront la même chose: « tu vas pouvoir profiter une semaine sur deux, repenser à toi, faire des choses que tu ne pensais plus pouvoir faire, sortir, aller danser, profiter,… » Alors oui c’est sûr nous pouvons le voir ainsi. Et peut-être qu’il est vrai que dans son imagination on programme les choses comme ça. Mais, oui il y a un mais, quand arrive le vendredi, la sensation n’est pas celle à laquelle on avait pensé.

En effet, le vendredi chez moi (et peut-être chez vous aussi parents séparés), mes enfants se réveillent d’humeur partagée entre le chagrin de laisser maman et l’excitation de revoir leur papa, un brin stressé par l’imminent changement d’environnement. Alors, oui, le vendredi avant le départ à l’école ce n’est pas de tout repos ni tout rose car leurs états me chagrinent et puis vient le soir où en rentrant du travail, vous n’irez pas récupérer les loulous à l’école ni à la crèche ou dans un contexte comme aujourd’hui vous accompagnez vos loulous chez l’autre parent. Vous repensez à ce que vous disaient vos ami(e)s de sortir, profiter,… Peut-être, pourquoi pas? Mais avant tu rentres chez toi, dans ton chez toi tout à coup vide, sans bruit, sans cris d’enfants, ou quand tu repars du domicile après les avoir laisser chez l’autre parent, ta voiture est calme et la route du retour est comment dire cafardeuse à en pleurer (et vous?). Bref il y a toujours ce moment de flottement, de profonde tristesse, de solitude et puis, … tu te souviens qu’avant tes enfants tu avais une vie et tu savais la voir en rose puisque tu ne connaissais pas le bonheur d’être parent.

Alors voilà, cela m’a pris pas mal de temps avant de me ressaisir le vendredi soir, et puis j’y suis arrivée. Alors biensûr il y a toujours quelques minutes de tristesse et je suis certaine que ce sera à vie mais aujourd’hui je le vis mieux.

En fait, je profite de ces moments pour me redécouvrir, prendre le temps de lire de nouveau, réécrire sur mon blog, contacter mes proches et surtout ressortir, redécouvrir le plaisir de faire la fête sans s’inquiéter de l’heure à laquelle je rentrerai et du prix de la nounou, manger aux heures que je veux, … Et plein d’autres choses. Ah oui, et n’oublions pas toutes les choses à faire à la maison, comme rattraper les machines en retard, repasser le tas de linge que tu avais mis de côté, faire les courses,…

Mais surtout, revoir la vie en rose, vivre intensément comme je savais le faire. Attention, je ne dis pas que lorsque mes enfants sont avec moi je ne vis plus. Pas du tout! En fait, pendant la période sans eux je recharge les batteries et ainsi je peux être avec eux à 100%, faire la folle avec eux, rire de leurs blagues et des miennes, garder mon calme si besoin, être à leur écoute,… En bref tout ce que je n’arrivais plus à faire depuis des lustres.

Alors oui, le vendredi, une fois sur deux on a le coeur brisé mais ne vous en faites pas on surmonte cette période, pour nous-mêmes, pour nos loulous. Et puis la vie continue et elle est belle !!

woman-570883_1920